top of page
  • Photo du rédacteurLaura

7 astuces pour sortir la tête de l'eau

Dernière mise à jour : 12 avr.

Pour commencer j’aimerais te dire Bravo. Bravo d’avoir identifié ton état d'être en ce moment et de chercher des solutions, tu as fait le plus dur.

J’ai envie de te partager ici, des astuces que tu vas pouvoir utiliser pour sortir la tête de l’eau et retrouver ta sérénité. Tu peux décider de les appliquer telles quelles ou les remanier à ta sauce.

Aller c’est parti !


coucher soleil


1-Te redonner de l’air

Cela peut te paraître logique et pas si simple à la fois, c’est normal. Pour autant, si tu veux retrouver ta sérénité tu vas avoir besoin de faire de la place pour pouvoir respirer. Pour cela je te propose de faire la liste de toutes tes activités/tâches qui tournent dans ta tête. Essaye d’être la plus exhaustive possible.

Viens maintenant la partie compliquée, je vais te demander de faire du tri dans cette liste. Choisis et écris face à chaque activité, ce que tu peux décaler, annuler et déléguer. Mets les noms et les dates.

Tu peux te sentir bloquée face à ce choix, c’est ok accueille ce que tu ressens, c’est un exercice qui peut être compliqué à faire au début, cela devient plus facile avec le temps. Si tu veux retrouver de l’air, tu as besoin de faire de la place. Si tu n’es pas prête à le faire, c’est ok, c’est ton choix du moment.

Une fois que tu as fini ton tri, prends une nouvelle page et réécrit ta liste uniquement avec les tâches qu’il te reste. Voir physiquement sur la feuille une liste plus petite, va te permettre de souffler et de t’apaiser.


2 - Fais quelque chose pour toi

Ton bien-être fait partie de tes activités, si ce n’est pas le cas aujourd’hui, pas de panique cela va le devenir.

Je vais te demander, d’ajouter sur ta liste une tâche pour toi. C’est une activité non négociable, c’est-à-dire, que tu ne peux pas l’annuler, la déléguer ou la remettre à plus tard.

Tu es libre du choix de ton activité, du quand tu la programmes et même de la modifier si finalement elle ne te convient pas. Par contre, elle existe, c’est un temps que tu te dédies à toi.

Reste simple, tu n’as pas besoin d’imaginer quelque chose de compliqué. Cela peut être aussi simple que « je m’accorde 30min de lecture » ou « je vais prendre l’air entre midi et deux » ou « je vais courir le lundi soir » … Peu importe l’activité, du moment que c’est un temps que tu te dédies.

Ajoute-le à ta liste et bloque ce temps dans ton agenda.


3 - Vide ta marmite à émotions

Quand on est sous l’eau, notre marmite à émotion est généralement remplie. Tu peux le voir comme une cocotte-minute prête à exploser au moindre ajout. Ne te juge pas pour tes « explosions », cela nous arrive à tous, on est humain, chacun a son seuil de tolérance.

Je te propose un exercice de visualisation, ferme les yeux et visualise un gros chaudron. Ce chaudron est plein à ras bord, voire il déborde. Tu vas pouvoir le placer sur le feu, en chauffant, des bulles vont se former et pouvoir s’envoler. Ressent chaque bulle qui s’envole de ton corps et le contenu de ta marmite diminuer.

Quand tu sens que ta marmite s’est apaisée, tu peux rouvrir les yeux. C’est un exercice que tu peux faire régulièrement pour soulager la pression.


4 - Célèbre-toi

Tu vas faire une nouvelle liste, celle des choses pour lesquelles tu as de la gratitude.

Note au moins 10 choses pour lesquelles tu as de la gratitude. C’est la liste des choses que tu fais et qui te font du bien. Là encore, reste simple, pas besoin de chercher compliquer, pense aux choses du quotidien qui te font du bien.

Tu vas également ajouter sur cette liste tes célébrations, tes réussites de la semaine, tout ce pour quoi tu es fière de toi. Tu n'as pas besoin d'avoir gagné un marathon pour être fière de toi. En fonction de ta situation, avoir dit "non" à ton/ta chef pour une deadline impossible est une vraie célébration. Il n'y a pas de petites victoires.

Cette liste tu vas pouvoir la relire à chaque fois que tu as l’impression d’étouffer et tu vas également pouvoir la compléter. Cette liste rassemble les choses sur lesquelles tu peux capitaliser pour augmenter ton bien-être. Lorsque tu ressens un coup de mou, reprend là et regarde quelle activité tu pourrais faire pour te faire du bien.

Au fur et à mesure tu verras que cette liste deviendra plus longue que ta liste de choses à faire.


5 - Utilise les fleurs de Bach

Les fleurs de Bach sont de véritables alliées émotionnelles, elles sont là pour t’accompagner et te soutenir. 

Lorsque tu te sens sous l’eau, tu peux utiliser les fleurs suivantes en fonction de ton besoin :

  • N°7 Chestnut bud. Ramène dans l’instant présent.

  • N°25 Red chestnut. Permets de ne plus se sentir responsable de ce qui arrive aux autres.

  • N°15 Holly. Optimisme, le bonheur est accessible.

 

6 - Explore tes croyances limitantes

Voici quelques croyances, que l’on retrouve souvent chez les personnes qui se sentent sous l’eau. C’est une généralité, elles peuvent ne pas s’appliquer à toi et tu n’es pas non plus obligée de toutes les avoir non plus. Je t’en partage quelques-unes ici, je te suggère d’aller explorer de ton coté celles qui se jouent pour toi, les phrases que tu te dis tout le temps en lien avec ta situation.

Ne te juge pas pour tes croyances limitantes, on en a tous. Une croyance devient limitante lorsqu’elle t’empêche d’avancer, elle peut ne pas être limitante pour la personne d’à côté.

Prends le temps de faire du journaling sur tes croyances. Ne le fais pas pour toutes, cela n’aurait pas grand intérêt, prend la croyance qui est la plus active pour toi aujourd’hui et note tout ce que tu te dis par rapport à cela. Ensuite prend du recul sur ce que tu as écrit et vois ce que tu veux garder et ce que tu veux changer.


  • « Personne ne peut le faire comme moi ». Il est fort probable que tu aies un lien avec le syndrome du sauveur. Une piste à explorer, qu’est-ce que tu crains qu'il se passe si tu n’es pas la meilleure ?

  • « Choisir c’est renoncer ». Effectivement, en faisant un choix tu renonces à d’autres possibilités dans l’instant. Explore la notion de deuil, le deuil n’est pas que lié à la mort d’une personne mais également à chaque arrêt symbolique. Est-ce qu’il y a quelque chose dont tu n’as pas encore fait le deuil dans ta vie ?

  • « Je n’ai pas le choix ». Souvent lié également au syndrome du sauveur. Qu’est-ce que tu te dis, que va-t-il se passer si tu laisses tomber l’activité/tâche pour laquelle tu n’as pas le choix ? Sur quoi ce choix se porte-t-il, est ce que c’est sur l’activité en elle-même ou la manière dont tu la fais ? Prends conscience également que ne pas choisir, est un choix.

  • « Je n’ai pas le droit de craquer ». Notre société est heureusement en train de changer sur le sujet, pour autant on a des millénaires d’expériences à épurer en lien avec « je dois être forte ». Deviens ta meilleure amie, si ta meilleure amie craque devant toi, est-ce que tu vas l’enfoncer ou la soutenir ? Offre-toi ce même soutien, tu en as le droit. En t’offrant le droit de craquer, tu es le meilleur exemple que les autres puissent avoir. Ce n’est pas les larmes qui te rendent « faibles », c’est la position que l’on prend : repli sur soi, tête baissée. Assumer ses émotions est la plus grande des forces.


7 - Mon auto-soin d’urgence

J’ai créé 2 auto-soins d’urgence que tu peux télécharger ici (offert).

Tu as une version vidéo (sans son) et une version audio, que tu pourras utiliser en fonction de tes besoins. Dans les 2 versions, ton mental est mis à contribution, ce qui te permet de rester concentrée sur l'instant présent sans divaguer dans tes pensées.

Ces 2 soins t’offrent la possibilité de retrouver ton calme dans tes moments de stress, panique, anxiété ou en préventif avant un événement important.

 

Conclusion :

On a tous des moments où l’on se retrouve sous l’eau et c’est normal. Ce qui n’est pas normal c’est de vivre sous l’eau 24h/24, lorsque le stress devient chronique, que la fatigue s’installe et que tu passes en mode survie. Ces 7 astuces sont là pour t’aider à relancer un cercle positif.


Pour aller plus loin, sortir durablement la tête de l’eau et avoir des outils à ta disposition, rejoins le parcours « Je suis ». Je l’ai créé pour aider les femmes à surfer plutôt que se noyer.

48 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page